Face à la dictature de l’horizontalité, l’action gouvernementale a besoin de plus de pédagogie. La problématique de l”intelligibilité de l’action est brouillée par l’impatience sociale que nourrit le rythme médiatique, parce que plus rapide que le rythme politique. Nous sommes plus dans les annonces que dans les effets de l’action. Dans ce traitement spontané et circulaire de l’information, on oublie que l’économie a ses règles et ses réalités, que la politique a ses contraintes et ses nécessités. On pense que tout se vaut, et on donne dans la facilité. On lynche en public. Tout y passe. Cependant, nous sommes dans les émotions, le marketing politique et au mieux dans des analyses à courte vue.

Je souhaite dire aux Ivoiriens, ici et maintenant, de prendre du recul par rapport à l’action Gouvernementale, car il est une évidence, le Président OUATTARA a une réflexion stratégique au sens le plus global du terme et une vision de la Côte d’Ivoire à très long terme. On peut être d’accord ou pas avec lui, on peut l’aimer ou le détester, mais il ne demeure pas moins le fait que le maillage de son action constitue une réalité incontestable. Celle-ci est profondément transformatrice. Nous en avons seulement que les premiers signaux. Les effets s’en feront pleinement sentir entre 2020 et 2025 voire 2030. Ne faisons pas un mauvais procès à des serviteurs de l’Etat, qui lui consacrent entièrement leur énergie, leur santé, leur vie familiale, leur intelligence et leur disponibilité. Etre aux affaires, c’est autre chose que de gérer la parole ou que de céder à la mode “bien pensante” en fustigeant et critiquant tout. Soyons donc critique tout en étant parfaitement réaliste. Ne donnons pas dans la facilité.

Pour aller à l’émergence véritable, il est indispensable voire incontournable, que nous maintenions le cap sur la lancée actuelle pendant encore les 20 prochaines années à venir, tout en améliorant progressivement et constamment les paramètres du processus devant nous y conduire. La stabilité politique et la continuité programmatique sont donc une nécessité pour la Côte d’Ivoire. Avec quelle équipe et quel camp envisager l’avenir dans le contexte de 2020 ? Je pense honnêtement que ce pont peut être établi avec ceux qui ont une juste compréhension de cet enjeu majeur, qui partagent cette vision à long terme et possèdent la volonté de poursuivre le travail entamé. Il s’agira pour eux d’apporter les correctifs qui s’avèrent nécessaires ici et là, à l’épreuve des faits et du temps, notamment au niveau du renforcement des facteurs endogènes de notre développement, de l’amélioration substantielle de notre recherche et développement, de la mutation technologique des modes de production, de la promotion de l’innovation, de l’intensification de la transformation locale et l’industrialisation, et enfin de la maîtrise souveraine de notre économie entre les mains d’un entreprenariat national.

Il y a donc un boulevard qui peut être porté par une nouvelle génération avec une vision ” du changement dans la continuité”. où le pouvoir central sera plus “connecté” avec les réalités sociales, l’administration de la fonction publique plus performante et le Gouvernement plus distant du corps social sur le plan politique et démocratique. Je pense à de nouveaux visages qui n’appartiennent pas au sérail politique et qui ne sont pas impliqués dans la crise que nous avons connue. Je pense à un renouvellement du personnel politique en mieux et non le contraire. Je souhaite une stabilité avant et après 2020 (cadre institutionnel et macro-économique, paix publique, consensus national sur des fondamentaux pour engager la réforme qui nous permettra un changement d’échelle….)

Aly Pierre SOUMAREY