L’assurance d’ADO lui vient du fait qu’il a toujours un coup d’avance sur ses adversaires dans la manche, et que malgré la contestation qui gronde, il n’existe aucune alternative crédible et structurée à sa gouvernance. Aucun projet de société fort et clivant. Son camp est le seul qui mène une réflexion politique approfondie et stratégique, en se projetant à très long terme. ADO construit la CI d’aujourd’hui, mais également celle de demain, sur un horizon très éloigné (2050). C’est tout à son honneur.

En revanche, le règne ADO (dérive monarchique, politique économique extravertie et conservatrice, trop grande liberté avec le droit) et l’Etat RDR (exclusion, clanisme, repli, confiscation de l’état, de l’économie et du pouvoir), ont réussi à faire l’unanimité contre eux, malgré les contre-feux et les performances. Dès lors, il y a techniquement une sécurité pour le pouvoir RHDP, qui ne peut être ébranlée que par une révolution populaire, mais pas par des formations politiques émiettées. Son opposition qui l’a bien compris d’ailleurs, reprend la technique qui lui a réussi dans le passé (instrumentalisation, multiplication des foyers de tension, diabolisation à outrance du pouvoir, populisme, mobilisation sur des thèmes qui ont fait recette par le passé). Cependant, cette méthode a atteint ses limites et la crise a reformaté les consciences.

C’est donc sur le terrain social que se joue le destin d’ADO et du RHDP pour 2020 (conservation des rapports sociaux et des inégalités en l’état, injustices sociales, chômage de masse, paralysie de l’école, cout de la vie, etc. …).

Pierre Aly SOUMAREY