Syssi Mananga (Tala Nga)

Syssi-ManangaSon nom qui se chante lui-même, nous amène au cœur de ces mélodies pleines de saveurs chaleureuses dans la plénitude de la musicalité de vraie. Cousues de toutes sortes de ficelles de sensations et de hauteurs, elles sont très colorées. Elles nous entrainent sur un espace mélodique diversifié. Lorsqu’elle chante, l’on la prendrait pour une Sud Africaine et l’on ne serait pas loin du compte. Car, ses cordes vocales portent en elles des brûlures de résonances sociales comme il en est de même en Afrique du Sud. Dans cette Afrique unie naturellement, mais séparée géographiquement par les aléas de l’histoire, les intonations se retrouvent. Malgré les temps qui se sont écoulés, elles sont restées en l’état. Elles se délient et parlent à haute voix pour porter dans le lointain le cri venant du cœur. Car, elles sont la traduction de notre esthétique et étique. Elles ont les mêmes résonances et les mêmes corps pleins de reliefs. Parce que porteuses des mélodies variées, description picturale de la nature et la vie dans leur sincérité musicale. Ici et là, leurs traces sont vivaces pour ne pas donner raison à l’usure des temps. C’est le cas des deux Congo jumeaux, séparés par un fleuve qui les berce cependant. L’on entend résonner des deux côtés aux rimes des vagues du fleuve Congo: Le Swahili et le Lingala. Les deux cohabitent majestueusement. Plus loin en Afrique du Sud, s’écrie l’écho du Swahili au même rythme. Des musiques chantées dans les mêmes tonalités avec plusieurs nuances humaines. L’artiste Syssi Mananga, est sortie de ces mélodies métisses, arômes de la pluralité de l’Afrique, berceau de l’humanité. L’on me rétorquera oui, mais qu’elle ne s’en est pas allée loin pour puiser ses ressources expressives : Elle-même, est métisse.

Parallélisme des formes, sa gamme musicale est métisse. Son timbre vocal ne se raconte pas. Il s’écoute car, il est comme un ruisseau qui arpente et emporte tout sur son passage. Parce que porteur de différents grains de sable grâce à la variété des espaces enjambés. Il est difficile de se marier avec une seule de ses mélodies. Belles, elles le sont toutes et c’est à ce niveau qu’apparait une montagne de difficultés. 14 titres sur un phonogramme et chacun d’eux a une personnalité. Originalité assurée qui démontre que Syssi Mananga apporte des innovations au terreau artistique préexistant. Double chapeau donc! Mais, mon cœur bat la chamade pour une de ses mélodies et sans influencer votre écoute, vous comprendrez pourquoi ce difficile choix. Les parole et musique de cette élue, interpellent la conscience musicale parce que tout le long de leur parcours, elles apportent une sorte d’aération renouvelée à l’esprit en le sublimant.

Par-dessus tout, l’artiste chante son Afrique matriarcale dont les cicatrices laissées par la guerre sont encore couvertes de terre rouge. Rappel des événements récents qui ont secoué les eaux du fleuve Congo en leur inoculant une couleur rougeâtre. Les paroles de cette mélodie témoignent de la rudesse de la guerre qui a ravagé humains et espaces. C’est sur ces espaces estampés de souffrance que Syssi Mananga fait renaître l’espoir avec des paroles fortes. En criant à sa manière : Liberté ! Liberté, pour ne pas s’éteindre pendue à la lisière des lèvres, avec cette même liberté si chère à chacun de nous. Que dit cette dame dont les vocalises traduisent les poussées d’un volcan en éruption sorties des fluxions de la montagne?

« Nombreux, sont les jeunes sur les artères
Les rues sont bondées de jeunes
Ils crient seulement liberté
Ils marchent calmement
La police manu militari est venue les mettre aux arrêts
Vous pouvez nous frapper
Vous pouvez nous emprisonner
Jamais, nous n’abandonnerons le chemin de la liberté »
Valen Guédé Valen_guede@yahoo.fr

Valen Guédé
Valen_guede@yahoo.fr

La voix de Syssi Mananga s’élève comme si elle dominait les plaines, dominées elles aussi par les montagnes. De là-haut, elle descend sur une note tenue (un point d’orgue) dont la longueur résonne à perte de vue, dans un lointain si proche de nous par les trémolos des notes musicales. Cette voix qui implore la liberté, sublime en fait les courbes des notes musicales pour accompagner les vicissitudes de la vie. Dans une Afrique exposée à toutes sortes de vents violents, une voix se met au-dessus de la mêlée pour se mêler aux vents chantant la liberté. Et cette voix qui cherche une autre voie, n’est autre que celle de Syssi Mananga, descendante de deux races. Qui se conjuguent sous l’impulsion de l’unité de deux forces opposées pour faire éclore la Liberté. Auditrices et Auditeurs de Fréquence 2, Carrefour Weekend est de retour et vous prie de dire: Tala Nga (regarde-moi) pour chanter à l’unisson la liberté sur la gamme émancipée de l’Autre Face de la Mélodie.

Valen_guede@yahoo.fr